La température de couleur d'une source lumineuse - qu'est-ce que c'est et quel est son effet sur moi ?

La température de couleur d'une source lumineuse - qu'est-ce que c'est et quel est son effet sur moi ?

La température de couleur est la mesure de l'impression de couleur d'une source lumineuse.

Définition et unité de mesure

La température de couleur est mesurée et indiquée dans l'unité de mesure Kelvin (K).
Le graphique ci-dessus illustre la variation possible de la température de couleur d'une source lumineuse et sa correspondance avec les degrés Kelvin pour les sources lumineuses courantes.

Les lampes à lumière du jour ne produisent pas automatiquement ou systématiquement une lumière à spectre complet !
Les lampes dites "lumière du jour" de 5000 à 6000 n'ont rien à voir avec une lumière à spectre complet, bien au contraire. 
Le terme "lumière du jour" est ici trompeur et se réfère uniquement à la couleur subjective de la lumière, qui serait plus précisément désignée par "blanc froid".

Une source de lumière à spectre complet produit un spectre de couleurs sans faille, indépendamment de sa pondération en tant que teinte chaude ou teinte blanche neutre.

La notion de température de couleur repose sur une analogie, celle de l'émetteur noir.
Un émetteur noir est une source de rayonnement thermique idéalisée. Il absorbe complètement tout rayonnement électromagnétique - donc également la lumière visible - et le transforme en rayonnement thermique. Un morceau de titane, par exemple, peut être utilisé comme approximation d'un tel émetteur noir dans l'expérience.
Lors du réchauffement du titane, mais aussi du fer par exemple, nous observons que plus le matériau est chauffé, plus il commence à s'embraser. D'abord légèrement rouge foncé, puis de plus en plus clair avec l'augmentation de la température, allant vers le jaune et le blanc. Le terme d'incandescence blanche décrit un état de chaleur extrême, plus chaud que l'incandescence (rouge) normale.
Il est donc possible d'attribuer une température à chaque rayonnement thermique. En physique, il est d'usage d'exprimer la température en degrés Kelvin. Son point zéro se situe au point zéro cosmique, c'est-à-dire à -273°Celsius. En raison de la même graduation que pour l'échelle Celsius, 0°C correspond alors à une température de 273°K et ainsi de suite.

On parle généralement de tons chauds pour les tons de lumière jaunâtre-rouge, tels que ceux produits par une bougie ou une ampoule électrique, même si leur nombre de kelvins est plus faible, donc plus froid en réalité.
Inversement, les tons blancs et blanc bleuté sont perçus comme plus froids, c'est pourquoi des désignations telles que blanc froid sont courantes, par exemple pour les lampes fluorescentes - et là aussi, un nombre de Kelvin plus élevé, donc plus chaud, s'y oppose.

Bien entendu, les valeurs Kelvin ne reflètent pas les conditions de température réelles d'une ampoule. Elles ne sont qu'une analogie pour comparer la coloration d'une source lumineuse, appelée température de couleur.
Les décolorations qui apparaissent lorsqu'un émetteur noir est fortement chauffé sont alors comparées à la lumière de différentes sources lumineuses.
Il ne s'agit donc pas d'une véritable couleur, ni même d'une couleur spectrale, mais de la définition de ce que l'on appelle le point blanc et de l'"humeur" subjective.
Une feuille de papier blanche sera également considérée comme "blanche" à la lueur d'une bougie - le plus clair que la bougie peut émettre est alors le point blanc de cette source lumineuse.
Ce n'est qu'en comparaison avec une autre source lumineuse que l'œil et notre perception percevront la lumière de la bougie comme fortement jaunâtre et, inversement, la lumière neutre d'une source lumineuse de 5000K comme même un peu bleutée au début.

Perception subjective de la température de couleur
Comme nous l'avons vu, la classification habituelle des couleurs en teintes froides ou chaudes est due à une perception subjective et ne peut pas être décrite par une température. Les sources de lumière artificielle habituelles produisent une perception des couleurs différente de celle de la lumière du jour.

Température de couleur - pas une mesure de la qualité...
Sog. La lumière métamérique - lumière de même température de couleur, mais d'origine différente - peut présenter un spectre continu, comme les lampes à incandescence, ou se limiter à quelques bandes spectrales étroites, comme les lampes à économie d'énergie et les écrans plats. 
Une source lumineuse halogène d'une température de couleur de 3 000 kelvins et une lampe à économie d'énergie de 3 000 kelvins (blanc chaud) offrent certes une couleur de lumière apparemment identique, mais la lumière d'une lampe à économie d'énergie dispose de lacunes considérables dans le spectre des couleurs - en clair, il manque des composantes de couleur dans la lumière.
Cette absence de composantes colorées dans la lumière a des conséquences fatales sur notre perception et l'impression optique de ce que nous regardons.

L'indice de rendu des couleurs (IRC) indique - contrairement à la température de couleur - la qualité du rendu des couleurs lors d'un éclairage avec une source lumineuse.
Pour en savoir plus, consultez le BLOG sur "SORAA Vivid full spectrum LED - une lumière naturelle comme celle du soleil".